Responsabilité Sociétale

Assumer sa responsabilité sociale (RS) et travailler à un développement durable, ce n’est pas nouveau. Certainement pas pour des services publics remplissant d’ailleurs un rôle social. Certaines autorités prennent déjà diverses mesures et entreprennent des actions relatives à la RS et à la durabilité, aussi bien via la politique qu’au sein de leur propre organisation. Toutefois, cela ne se fait pas encore de façon systématique et cohérente ni dans tous les domaines. Il suffit de penser aux aspects suivants :

  • Comment l’organisation intègre-t-elle sa RS dans les valeurs, la vision, la stratégie et les opérations?
  • Quels processus de gestion applique-t-elle pour la formulation des objectifs RS et quel est le suivi de ces objectifs, comment mesurer et améliorer les résultats ?
  • La communication est réalisée de quelle façon et adressée à qui?
  • Est-ce que l’organisation a une vue transparente sur les effets (positifs ou négatifs) de ses propres activités concernant l’être humain, la santé, l’environnement, la biodiversité, les droits de l’Homme, l’économie, etc ?
  • Est-ce bien évident ce que les diverses parties prenantes attendent de l’organisation, que celle-ci puisse augmenter ses contributions au développement durable ?
  • Les parties prenantes sont-elles également impliquées pour trouver des solutions en vue des défis de durabilité que l’organisation défend ?

L’exécution d’une responsabilité sociale structurée et conséquente requiert de la connaissance et du soutien. A cet effet, deux instruments importants volontaires et reconnus au niveau international sont en mesure d’y contribuer: la norme ISO 26000 et le Global Reporting Initiative (GRI).