Protéines animales et végétales

Trop de protéines animales

9 milliards de personnes ne pourront adopter le système alimentaire en cours dans les pays occidentaux. En effet, si les protéines sont indispensables à notre santé, nous en consommons trop et essentiellement d’origine animale (viande, poissons, produits laitiers, œufs, etc.). La production de protéines animales nécessite de grandes quantités de terres, d’eau et d’énergie. Elles apportent beaucoup de graisses saturées, néfastes à notre santé.

Assurer une transition

Le Conseil fédéral du développement durable plaide pour une transition protéinique, qui serait elle-même une des composantes d’une transition vers un système agricole et alimentaire durable qui permettrait à l’Europe d’être en grande partie autosuffisante au niveau de la production alimentaire. Pour ce faire, il faut organiser une collaboration active entre les autorités, les acteurs économiques et la société civile.

Que faire concrètement ?

Manger moins de viande à chaque repas et une ou deux fois par semaine, renoncer à la viande ou au poisson. Découvrir la cuisine végétarienne, riche en saveurs et en nutriments de qualité. Apprendre à cuisiner les protéines végétales (les légumineuses notamment).